FABRICATION DE MASQUES HYGIENIQUES EN TEXTILE

COVID 19 – Confinement, mars à mai 2020

Depuis le début du confinement, je me suis lancée dans la fabrication de différents masques en textile. Le premier masque a été réalisée avec des plis d’après un masque chirurgical en non-tissé.

Le deuxième d’après un patron trouvé sur le site du CHU de St Brieux. Et le troisième selon les recommandations AFNOR… Ci-dessous je vous explique comment fabriquer ces trois masques, et mon retour d’éxpérience lors du port de ceux-ci.

Nous avons testé ces trois types de masques durant le confinement :


#1 « Masque ergonomique », celui que nous avons adopté pour sa surface couvrante, son ergonomie et son système d’attache très simple et efficace sur une longue période

#2 « Masque type chirurgical »
S’adapte bien à toutes les morphologies, mais les cables élastiques derrière les oreilles génèrent un inconfort à long terme (plusieurs heures)

#3 « Masque selon les recommandations AFNOR »

Moins agréable et moins couvrant que le « masque ergonomique »

PATRONS À TÉLÉCHARGER :

Si vous souhaitez voir le montage pas à pas des masques AFNOR :

Matériel nécessaire :

  • 2 cables élastiques de 35cm avec un noeud à chaque bout (pour que le cable soit bien pris dans la couture)
  • 2 morceaux carrés de textile 20cm x20cm

LES MASQUES ERGONOMIQUES sont mes masques préférés ! Ils tiennent bien, sont couvrants, et agréables à porter !

Matériel nécessaire :

  • 4 morceaux de textile tissé sérré découpé selon le patronnage ci-dessous
  • 1 cable élastique 70 cm (2X35cm) fermé par un noeud (le noeud ne doit être sérré dans un premier temps, car il peut être ajusté en fonction de la taille du visage)

MONTAGE MASQUE TYPE CHIRURGICAUX (ayant la forme de masque chirurgicaux en non tissé mais ne répondant bien sûr pas aux normes des équipements de protections de soignants…= je rappelle que ce type de masque sert surtout à ne pas venir se toucher le nez et la bouche, et c’est un protection temporaire destinées aux non-soignants !)

Matériel nécessaire :

  • 2 carrés de textile (tissé sérré) de 20cm X 20cm
  • 2 élastiques de 15 à 20cm en fonction de la taille de votre visage (15cm femme et enfants/ 20cm homme) faites une noeud à chaque extrémité (ici c’est parce que c’est un cable élastique rond (2mm de diamètre) qui a du mal à être piqué, pas la peine de faire des noeuds avec une bande élastique plate)

N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’aide durant la fabrication de vos masques,

Je serais très heureuse de voir et de poster vos réalisations ! Merci Ludmilla pour m’avoir envoyé tes photos !

à bientôt

Camille

FABRIQUER SA PROTECTION DE SELLE DE VÉLO

ÉTAPE #1

Utiliser du papier pour réaliser la maquette, et « mouler » la forme de la selle. Commencer par la partie la plus étendue, ici le dessus de la selle. Du scotch est utilisé pour faire des raccords, idéal car il peut être découpé aux ciseaux.

Je recouvre la selle sur un seul côté, inutile de faire les deux ils sont symétriques… Attention il faut garder des repères tels que le milieu de la selle (la ligne médiatrice « miroir » de la forme). J’ai donc tracé la ligne médiatrice sur le dessus de la selle.

NOTA : pour faire tenir cette housse je décide de faire une coulisse qui se trouvera sous la selle, avec un lien qui viendra se serrer à l’arrière de celle-ci.


ETAPE #2

Avant de couper ma maquette en deux, j’ai pris soin de faire des « crans » de montage, très utiles en couture pour se repérer lors du montage !
Je pose à plat mes deux parties, ils se peut qu’ils y en aient plus que deux, tout dépend de la forme de votre selle !

NOTA : Je rajoute ma valeur de couture lors de la coupe (1cm). Ici le patron est sans valeur de couture.

ETAPE #4

Découpe les morceaux dans le textile de votre choix, Attention il faut bien faire attention à reporter tous les « crans » de montage. Sinon vous serez perdu ! (Ici la valeur de couture de 1cm est ajoutée).

ETAPE #5

Le montage des courbes est difficile ! N’oubliez pas de faire des fronces pour coudre les courbes c’est adapté et cela résorbe l’embu !

ETAPE #6

Monter la coulisse et ensuite venir coudre un morceau d’élastique pour bien ajuster la housse sur la selle. Passer le lien dans la coulisse.

Et voilà plus qu’à ajuster votre housse sur votre selle !

On voit ici le noeud d’ajustage à l’arrière de la selle

Voilà c’est à vous !

Donnez-moi des nouvelles si vous réalisez cet tuto ou si vous avez des difficultés, n’hésitez pas à me contacter pour en discuter !

Camille.

LE COCON ou LE TEMPS SUPENDU

Avril 2020

Imaginer un cocon pour s’évader et arrêter le temps, durant le confinement j’ai eu envie de créer un espace où disparaître, retrouver la solitude et rêver…

Quoi de plus simple que de fabriquer une cabane suspendue dans les hauteurs, inatteignable, hors d’atteinte du temps…

J’ai commencé par faire quelques dessins préparatoires et j’ai aussi déterminé quels matériaux et quelle technique j’allais pouvoir utiliser pour ce projet. J’ai donc opté pour le crochet, une technique que je connais déjà, pour un rendu organique et biscornu. Mon inspiration ultime, c’est l’artiste Toshiko MacAdam.

J’ai trouvé le cordage nécéssaire sur le site de La Corderie Mansas. Pour mes premiers essais j’ai choisis 400 mètres de cordon tressé de 5mm de diamètre en Polyéthylène noir :

  • Bonne résistance à la rupture, Excellente résistance à l’abrasion, Résistance aux intempéries (UV et humidité) et aux produits chimiques (acides et solvants), imputrescible, imperméable, facile à épisser
  • Apparence plastique « brillante », flexible, s’allonge, mémoire de forme lui permettant de se déformer sans casser et de conserver sa structure, flottabilité, légereté 

Ma première problématique était de trouver l’outils de taille adéquat (le crochet) pour commencer à crocheter.

J’ai donc décider de commander certaines tailles de crochets en bambou en ligne chez Bergère de France (9mm et 12mm) et en attendant ma commande je me suis lancée dans la fabrication d’un crochet maison en bois.

La suite de cette aventure créative à venir …

SKATE BAG

Faire un sac à skateboard pour le transporter partout ! ! !

Fabriqué à partir d’un vieux jean usagé et de composants récupérés sur d’autres accessoires, sangles, zip … Cousu avec du fil « jean » multicolor.

Les poches sur le côté permettent d’y glisser des accessoires et des outils, hyper pratique !

ECUSSONS DIY Inspirés du film « MOONRISE KINGDOM »

Juste envie de faire des badges pour se rallier à l'épopée de Sam et Suzy . Profondément touchés par l' univers onirique, son ode à l'enfance,  sa force, l'imaginaire, vivre ses rêves jusqu'au bout !
SORTI EN 2012 LE FILM DE WES ANDERSON « MONRISE KINGDOM »

OK, PAS LA PEINE DE VOUS FAIRE UN TOPO SUR LE FILM NI POURQUOI, on adore… RegArdez-LE !

Juste envie de faire des badges pour se rallier à l’épopée de Sam et Suzy . Profondément touchés par l’ univers onirique, son ode à l’enfance, sa force, l’imaginaire, vivre ses rêves jusqu’au bout !

Avec une machine à coudre simple et de la feutrine en stock, allez on s’est lancé, le résultat est à la hauteur de nos attentes pas trop carré, un peu old school et fait main comme on aime…

Camille

FAIRE UN TOTE-BAG À PERSONNALISER

Février 2019 – TOTE BAG DE 42CMx 38CM

Réaliser un tote-bag vierge à personnaliser est assez facile. La première chose est d’acheter ou de récupérer un tissu adapté, ici une cotonnade simple. Il te faut environ 2x un rectangle de 60 cm x 80 cm, ou 60 cm en 150 de laize.

Un tissu 100% coton sera plus facile à personaliser si tu souhaites faire des customs avec des feutres ou de la peinture pour textile, voir de la teinture…car les tissu synthétiques ne peuvent retenir une coloration (exception pour le 100% nylon avec une teinture à chaud).

le patronage du tote-bag a été réalisé par mes soins, il se compose de deux morceaux, l’anse du sac et la poche. Attention à couper le tissu au pli (plié en deux) pour la poche.Ne pas oublier de marquer les repères pour placer les anses et de faire les crans pour les pliures et les valeurs de couture.

Épingler et couper le tissu en respectant le droit fil (le sens du tissu)

FAIRE LES ANSES :

PLIURE DANS LA LONGEUR : Mettre les crans en phase avec le patron pour plier correctement les anses dans la longueur. Plier ensuite les bords à 1 cm de valeur de couture (valeur de couture suivant le patron).

L’ anse avec les valeurs de couture pliée, c’est la première image ci-dessous. Ensuite mettre des épingles sur toute la longueur et coudre les anses sur 2 mm du bord.

COUDRE LA POCHE DU SAC

Coudre la poche sur les 2 côtés à 1,5 cm de valeur de couture (selon le patron) et soit surjeter, soit faire un pont zigzag (comme ci-dessous) pour stopper l’effilochage du tissu.

COUDRE LES ANSES AU SAC

Placer les anses sur les repères de la poche, les épingler. Remborder tout le tour du sac en suivant les valeurs de couture du patron : 2 cm. Les anses doivent être prises dans le rembord du sac. La couture se fera sur tout le pourtour du sac à 1,8 cm du bord.

FINALISER LES COUTURES DES ANSES :

On peut voir le pourtour du sac terminé sur la première photo, sur la deuxième les coutures des anses sont renforcées grâce à une couture « en croix ».

Réalisation d'un tote bag pas à pas
Voilà le sac terminé prêt à repasser et à customiser selon tes envies.
Il m ‘a fallu une heure et demie en tout pour le réaliser, découpe du textile comprise.

Camille

SACOCHE POUR VÉLO

De passage à Vannes, chez Sylvie, elle me raconte qu’elle voudrait se faire une nouvelle sacoche pour son vélo, elle est très sportive, elle parcourt de grandes distances à vélo. Sa sacoche actuelle, achetée dans le commerce, lui cache en partie sa roue avant, et elle trouve ce manque de visibilité dangereux. Elle aimerait donc en faire une plus étroite, qu’elle puisse toujours y mettre un petit pull, son appareil photo et son porte-monnaie.

Elle a déjà acheté tout le matériel, mais ne sait pas trop comment s’y prendre, … Elle sait déjà utiliser une machine à coudre. Nous avons eu trois soirées pour faire le patron et la sacoche ensemble, pas à pas.

Quel matériel est nécessaire ?

  • Tissu solide pour la partie externe (ici un tissu tissé en synthétique)
  • Tissu pour la doublure (ici cotonnade pour être éventuellement lavable)
  • Avoir un grand zip d’environ 50 cm (ici le zip est récupéré sur un vêtement)
  • Boîte plastique récupérée pour faire un renfort rigide (à endroit ou vient se visser le support qui se clipse au guidon)
  • Du fil aux coloris des tissus, une paire de ciseaux qui coupe bien (idéalement pour le textile)
  • Un emporte pièce à frapper pour faire des trous
  • Matériel de géométrie et papier de grande taille pour faire le patron
  • Une machine à coudre

Etape 1. Bon, allons-y ! Tout d’abord prendre le temps de faire un patron :

Quelle dimensions ? Les mesures ont été prises par rapport à l’ancienne sacoche et sur le vélo – Quelle forme ? En fonction du contenu que l’on souhaite y mettre…

Dessiner le projet même un petit croquis pour démarrer c’est important ! Il faut essayer de penser à tout !

(Je n’ai pas de photos désolée…)

Etape 2. Couper le tissu et faire des pré-trous à l’emporte-pièce pour visser la partie qui va s’accrocher sur le guidon du vélo (partie achetée en pièce détachée) :

Etape 3. Monter (coudre) les différentes parties entre elles :

Sylvie coud le soufflet sur le devant de la sacoche

Etape 4. Montage du zip, c’est dur, dur, les épaisseurs, mais la machine résiste !

On ne peut pas utiliser des épingles vu l’épaisseur du tissu, mais les épingles à linges, remplissent parfaitement ce rôle.

Etape 5. Coudre la doublure

Doublure en coton

Le sac terminé !

Sylvie a finit la sacoche seule. Elle a fixé le support à clipser sur le guidon, le rendu est très champêtre avec ce tissu tissé à petits carreaux !

Merci Sylvie ! C’était sympa ces moments de création partagés !

Camille.